Le château de Foix

La plate-forme rocheuse qui surplombe la ville de Foix se révéla très tôt, aux yeux des hommes, un endroit naturellement stratégique. Dès la préhistoire, l'homme occupa ce site, comme le prouvent les traces laissées sur place par les magdaléniens. Cette occupation se poursuivit avec les gaulois, avant l'époque chrétienne, époque qui vit, elle, l'édification d'une église au pied du rocher de Foix. Au cours des 7e et 8e siècles, un castrum fut construit sur le site de Fuxum (Foix) et un siècle plus tard, l'alternance structure défensive et structure religieuse se poursuivit avec l'édification d'une abbaye bénédictine sur le plateau. Ce n'est qu'à la fin du 10e siècle, que l'on signale, pour la première fois, la présence sur le site d'un château dont il semblerait que les premiers bâtiments fortifiés furent construits, non en haut de la butte, mais sur ses flancs.

Simon de Montfort
Simon de Montfort

Par la suite, c'est bien sur la butte que l'ensemble du château pris place, occupant ainsi une position idéale pour contrôler l'accès à la haute vallée de l'Ariège et, dans le même temps, surveiller le bas pays. En raison de sa situation stratégique, le château devint, en 1034, le chef-lieu du comté de Foix tenant un rôle essentiel dans les rapports militaires de cette région et ce, pendant deux siècles. Au cours de cette période, le château devint le lieu où se réunirent les brillants comtes qui allaient mener et incarner la résistance occitane lors de la croisade contre les Albigeois. Avec sa réputation, au Moyen-Âge, d'édifice imprenable, le château de Foix n'eut pas à subir avec la même intensité les attaques et sièges à répétition menés par les hommes de Simon de Montfort contre les autres châteaux où s'abritaient les cathares. 

 

En 1211, alors que la répression bat son plein, Simon de Montfort évitera même de s'y attaquer. Bien lui en prit, puisque après avoir résisté aux assauts des croisés en 1212, le château est remis entre les mains du légat du pape en signe de soumission en 1214 ; ce dernier le donnant ensuite à Simon de Montfort? Il ne resta en sa possession que 4 ans, puisque Simon de Montfort décéda lors du siège de Toulouse, ce qui permit alors au comte Raymond Roger de se réapproprier son bien, pas pour longtemps, puisqu'en 1229, son fils, Roger-Bernard de Foix, dut négocier une paix avec le roi de France, et le château est de nouveau occupé, pendant 5 ans cette fois-ci, par les troupes du roi de France. En épousant l'héritière du Béarn, Marguerite, Roger-Bernard III devint Vicomte de Béarn en 1290, mais, au cours du 14e siècle, le château fut progressivement délaissé par les Comtes de Foix, notamment par l'un des plus célèbres d'entres eux, Gaston Fébus (1343-1391), au profit du Palais des Gouverneurs, l'actuel tribunal. 

Richelieu
Richelieu

En 1479, le comte de Foix devint roi de Navarre. Le dernier de cette lignée, Henri IV, devint lui-même roi de France en1607, et annexa, par la même occasion, ses terres pyrénéennes à la France. Le 15e siècle marqua une nouvelle période faste pour le château, puisqu'il devint le Siège du Gouverneur du Pays de Foix et retrouva l'importance de sa position stratégique au cours des guerres de religions pendant lesquelles, il assura la défense du pays. Entre 1632 et 1638, Richelieu ordonna la destruction des châteaux de la région, mais le château de Foix resta seul debout. Siège de garnison, il fut aussi le lieu où se déroulèrent les nombreuses réceptions qui furent données pour la venue des Gouverneurs, comme le Comte de Tréville, le célèbre capitaine des mousquetaires de Louis XIII. Jusqu'à la Révolution, le château abrita une garnison puis, ses tours rondes du 15e et ses tours carrées du 11e siècle continuèrent de servir de prison (politique et civile) jusqu'en 1862, rôle qu'elles remplirent durant 4 siècles. Depuis 1930, le château a définitivement quitté son habit défensif pour abriter les collections du Musée Départemental de l'Ariège.

Cliquez sur les photos pour agrandir